Marine Lambert - Préparation mentale du sportif

La préparation mentale est une passion pour Marine Lambert.

Parcours professionnel

En tant que kinésithérapeute du sport, j’ai cherché à optimiser la guérison de mes patients. J’avais observé chez de nombreux patients, un lien entre leurs douleurs physiques et psychiques.  C’était notamment le cas d’athlètes ne présentant plus de freins physiques mais éprouvant tout de même des appréhensions face à la reprise, de peur de ne plus être au niveau et/ou de se blesser à nouveau. D’un autre coté, j’ai aussi vu des athlètes en surentraînement et risquant la blessure, simplement pour prouver leur valeur, par manque de confiance en eux.

J’ai donc changé mon approche de rééducation. Je mets dorénavant en place un travail sur l’aspect mental de la performance pour apprendre à l’athlète à mieux se connaitre et à développer ses capacités tout en gardant du plaisir.

Parcours sportif

Mon parcours sportif a débuté dans le milieu du tennis où j’ai vite compris que l’aspect mental était décisif. Rien n’est gagné d’avance, il faut y croire jusqu’au dernier moment. C’est dans ce sport que j’ai senti, pour la première fois, l’importance de la force mentale. En effet, il faut être très concentré lors des changements de rythme, imposés par l’adversaire et les breaks, il est nécessaire de recentrer ses pensées sur le match et ainsi de « rester dans sa bulle ». Pour y parvenir mon entraineur expliqua la notion de routine de performance, cela consistait à sélectionner un geste permettant de focaliser mon attention pour une reprise efficace du match. Cet entraineur m’a ouvert l’esprit vers une autre facette de l’entrainement.

En pratiquant le Trail longue distance j’ai été amenée à repousser mes limites, à la fois physiques et mentales. Dans ces situations de dépassement de soi, j’ai observé un lien étroit entre les pensées et la performance.

Le pouvoir du mental

 En effet, un simple doute peut rendre la course plus éprouvante, en se répétant « pourquoi je suis là », « j’ai mal », « je ne suis pas bien préparé ». Alors qu’en se répétant des phrases positives, on va s’auto-stimuler, et ainsi surmonter un passage difficile de la course.

Par exemple, lors du relais de la Z’embrocal à la Réunion, où j’ai effectué ma plus longue distance de nuit, je me répétais « quand tu es bien, tu accélères »et lorsque je voyais une fille devant moi, je me disais « allez, tu la rattrapes ». Mon état d’esprit m’a permis de profiter pleinement de ma course tout en donnant le maximum de mes capacités.

Dans ces courses, il est primordial de se fixer des objectifs cohérents avec son niveau et qui ne dépendent que de soi. De plus, l’athlète devra développer une persévérance à toute épreuve pour fournir les efforts et la quantité entrainement tout au long de la phase préparatoire.

Formations et diplômes

  • Diplôme d’état de Masseur-kinésithérapeute – 2015
  • Diplôme de kinésithérapeute du sport- 2017
  • Attestation de formation de la Clinique du coureur : 2016 et 2017 (“Nouveautés dans la prévention des blessures en course à pied” et “diagnostic et traitement des blessures du coureur”)
  • Attestation de formation en Posturo-dynamique de la formation EAD (Empilement articulaire dynamique) : 2017
  • Diplôme de thérapie Manuelle (ITMP) : 2018
  • Attestation de formation sur l’épaule par CGE (Complexe Global de l’épaule) : 2019
  • Diplôme de Préparatrice Mentale (de l’organisme Mental2pro) : 2020 

© 2020 Marine Lambert

Site réalisé par Grafic Box